« L'attaque cérébrale touche les personnes de tous âges »

 

« L'attaque cérébrale est une des maladies les plus graves qui existent »

 

« L'attaque cérébrale est une urgence »

 

« L'attaque cérébrale peut être prévenue et guérie »
 

« Vous devez connaître les symptômes d'alerte de l'attaque cérébrale »

 

« Symptôme d'attaque cérébrale : il n'y a pas une minute à perdre »

 

« Chaque minute compte »

 

« Chaque minute perdue c'est 4 millions de neurones détruits »

 

« Hypertension et prévention de l'attaque cérébrale : chaque millimètre de mercure compte »

 

 
Informez vous Version imprimable Suggérer par mail

1 AVC AttaqueCerebrale.jpg

L’attaque cérébrale

 

L’attaque cérébrale, encore appelée « accident vasculaire cérébrale ou AVC », « ictus », ou encore « congestion cérébrale », est causée par une perte soudaine de l’irrigation d’une partie du cerveau. Il peut s’agir soit d’une artère qui se bouche, soit d’une artère qui éclate. Dans les deux cas, le fonctionnement du cerveau qui est l’organe de commande de toutes les fonctions du corps, va être perturbé.

 

Notion d’anatomie

Notion de physiologie

Les différents types d’attaque cérébrale

Symptômes de l’attaque cérébrale


 

Le retour au domicile du patient hémiplégique

 

Après l’attaque cérébrale, il faut combattre et surmonter le handicap qui peut être physique, comme la paralysie ou l’Hémiplégie, ou neuropsychique, comme la perte de la parole (Aphasie). Un patient victime d’une attaque cérébrale peut soit guérir en totalité, soit doit se réadapter à la vie à la maison, à la vie en société, et se préparer à retravailler. Il mettra les meilleures chances de son côté pour atteindre ces objectifs non seulement s’il suit le traitement que ses médecins préconisent à sa sortie de l’hôpital, mais aussi s’il poursuit des soins spécialisés à la maison ou en hôpital de jour de rééducation.

 

Questions fréquemment posées au médecin

• à quelle fréquence dois-je consulter mon médecin ?

• que dois-je faire pour éviter une autre attaque cérébrale ?

• puis-je conduire ma voiture ?

• puis-je prendre l’avion ?

• puis-je avoir des relations sexuelles ?

• puis-je prendre la pillule ?

• puis-je avoir des enfants ?

Pourquoi la kinésithérapie ?

Prise en charge sociale

Pourquoi la rééducation orthophonique ?

Pourquoi l’ergothérapie ?

La prise en charge psychologique

 2_ApresAVC_1erePartie.jpg

3_ApresAVC_2emePartie.jpg


Prévenir une autre attaque cérébrale

 

Après une attaque cérébrale, il faut tout faire pour retrouver son état antérieur ou, au moins, pour minimiser le handicap. Ensuite, il faut tout mettre en œuvre pour éviter que cela ne recommence. Un patient, victime d’attaque cérébrale est aussi prédisposé à faire une attaque cardiaque (infarctus du myocarde). Il y a schématiquement deux grandes situations qui prédisposent au risque de nouvelle attaque cérébrale :

• soit une Artère cérébrale est malade et les autres artères peuvent l’être aussi. C’est la maladie que l’on appelle l’athérosclérose. Elle se localise dans les artères du cerveau, du cœur (où elle peut causer l’infarctus du myocarde), ou des jambes. Des plaques d’athérosclérose se forment dans ces artères et peuvent conduire à la mort de l’artère, qui se bouche.

• soit un caillot se forme dans une cavité du cœur et soudain part dans la circulation, emporté par le courrant sanguin vers le cerveau où il va boucher une artère. Dans 90% des cas, ce caillot se dirigera vers le cerveau : on parle d’embolie cérébrale. Dans 10% des cas, il se dirigera vers un autre organe (rate, rein, artères digestives ou des jambes)

 

Qu’est-ce que l’athérosclérose ?

Comment prévenir une progression de l’athérosclérose ?

Comment éviter la formation d’un caillot ?

Comment diminuer les Facteur de risque de récidive ?

• l’Hypertension artérielle

• pourquoi faire baisser la pression artérielle si elle est apparemment normale ?

• le cholestérol

• le tabac

• le Diabète

• le sel, l’exercice physique, le poids

Comment se forme un caillot dans le cœur ?

Qu’est-ce que la fibrillation auriculaire ou arythmie ?

Pourquoi une embolie au cerveau en cas d’infarctus du myocarde ?

Pourquoi une embolie au cerveau en cas de rétrécissement mitral ?

Que sont le Foramen ovale perméable et l’anévrysme du septum interauriculaire ?

 4_PrevenirAutreAVC_1erePartie.jpg

5_PrevenirAutreAVC_2emePartie.jpg


   

6_Dissection_AVC.jpg

Qu’est-ce qu’une dissection des artères cérébrales ?

 

La dissection correspond à un saignement qui forme un hématome dans la paroi de l’artère carotide ou de l’artère vertébrale. La conséquence en est un rétrécissement du passage du sang. L’hématome déchire la paroi de l’artère (on parle de dissection) dans le sens longitudinal, mais il n’y a pas de rupture de la paroi. Ce rétrécissement peut boucher complètement l’artère, stoppant le passage du sang vers le cerveau.

 

Qu’est-ce qu’une dissection d’une artère cérébrale ?

Quelles sont les conséquences pour le cerveau ?

Quels sont les symptômes annonçant la dissection ?

Quels examens permettent de faire le diagnostic de dissection ?

Quel est le devenir d’une dissection ?

Quel est le devenir en cas d’hémiplégie ou d’attaque cérébrale ?

Quel est la cause de la dissection ?

Quel est le risque que cela recommence ?

Y a-t-il un traitement spécifique ?

Est-ce héréditaire ?


7_AVC_Recherche.jpg

Comment être acteur de la recherche dans l’attaque cérébrale ? 

 

Un des moyen est d’adhérer à l’association SOS-ATTAQUE CÉRÉBRALE qui met à votre disposition ce site internet et qui conduit des recherches importante sur le traitement, la prévention et la compréhension de l’attaque cérébrale.

 

Pourquoi et comment faire des essais thérapeutiques dans l’attaque cérébrale ?

Qu’est-ce qu’un essai thérapeutique ? Pourquoi et comment y participer ?

Comment développe-t-on un nouveau médicament ?

Le consentement éclairé du malade à la recherche

Quels droits pour les patients participants à la recherche ?

Quelles responsabilités pour le médecin ?


8_AVC_Hemorragie.jpgQu’est-ce qu’une Hémorragie cérébrale ? Une hémorragie méningée ?

 

L’attaque cérébrale peut se produire lorsqu’une artère du cerveau éclate, laissant s’échapper alentour le sang qu’elle transporte. Cette flaque de sang constitue l’hémorragie cérébrale ou méningée, suivant que le saignement a lieu dans la profondeur du cerveau (hémorragie cérébrale) ou à sa surface (on parle d’hémorragie sous-arachnoïdienne ou hémorragie méningée).

 

Hémorragie cérébrale

Hémorragie méningée

Comment éviter la récidive ?

• Hémorragie due à l’hypertension artérielle

• Hémorragie due à la prise d’un médicament anticoagulant

• Hémorragie due à une malformation artério-veineuse

• Hémorragie due à une rupture d’anévrysme artériel



 

9_MedicoSocial_postAVC.jpgPrise en charge médico-sociale lors du retour à domicile

 

Le but du traitement c’est de permettre au patient de regagner son domicile avec le moins de séquelle possible. C’est le temps de la réinsertion familiale, sociale et professionnelle.

 

Le suivi médical

Les soins et aides à domicile

• les soins infirmiers à domicile

• la rééducation à domicile

• Les aides humaines

. les emplois familiaux

. les aides ménagères

. les auxilliaires de vie

. portage des repas

Les aides financières et adminsitratives

• prise en charge à 100% par la caisse d’assurance maladie

• Les aides financières

. les indemnités journalières

. la pension d’invalidité des salariés

. l’allocation aux adultes handicapés (AAH)

Les aides financières pour le maintien au domicile

• pour les plus de 60 ans : l’aide personnalisée d’autonomie (APA)

• pour les moins de 60 ans : l’allocation compensatrice (tierce personne)

Les aides techniques

Les aides pour les aménagements du lieu de vie

La reprise professionnelle et les aides à l’insertion professionnelle

• le mi-temps thérapeutique

• la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé

• les centres de formation ou de rééducation profesionnelle

• l’insertion professionnelle en milieu ordinaire

• l’aide à la recherche d’emploi

. l’agence nationale pour l’empli (ANPE)

. réseau Cap emploi

• l’allocation compensatrice pour frais professionnels

• la guarantie de ressources des travailleurs handicapés (GRTH)

Les avantages fiscaux

• revenus imposables

• revenus bénéficiant d’exonérations fiscales

• exonération totale de la taxe d’habitation

• exonération des cotisation patronales d’assurances sociales pour l’emploi d’un salarié à domicile

• parts d’impôt supplémentaires

La carte nationale d’invalidité

• la carte station debout pénible

• la carte de stationnement (macaron GIC)

Les démarches administratives pour reconduire sa voiture

Les mesures de protection juridique

• mesure de sauvegarde de justice

• mesure de curatelle

• mesure de tutelle

Les personnes et les structures relais qui peuvent aider dans les démarches

• les intervenants sociaux

• les centres communaux d’action sociale (CCAS)

• les centres d’information et de conseil sir les aides techniques (CICAT)

• les sites de vie autonomes (SVA)

• les centres locaux d’information et de coordination (CLIC) gérontologiques

• les associations de patients


Prise en charge des complications tardives

 

Après l’AVC, une dépression est extrêmement fréquente et trop souvent minimisée ou négligée. Il faut la prendre en charge. Les traitement sont très efficaces. Des troubles de la mémoire s’installent dans les 3 ans suivant l’AVC, progressivement dans près de 30% des cas. Après l’AVC la vie reprend, et l’activité sexuelle en fait partie. Des conseils peuvent être utiles. Enfin la raideur post hémiplégie s’appelle la spasticité. Elle produit un handicap qui peut aussi être diminué par des traitements spécifiques, kinésithérapie, médicaments et orthèses.

 10_AVC_Depression.jpg

11_AVC_TrMemoire.jpg

 

12_AVC_TrSexuels.jpg

 

13_AVC_Spasticite.jpg


 



 

14_AVC_ExCompl.jpg

Quels sont les examens complémentaires les plus fréquents en cas d’AVC

 

Lisez ce document qui vous explique : pourquoi ces examens sont faits, comment ils sont faits, combien de temps cela dure, et quelles sont les précautions éventuelles à prendre.

 

Explorer le cerveau

. Le scanner cérébral

. l’IRM cérébrale

Explorer les artères du cerveau

. Echo-Doppler cervical et transcrânien

. Angiographie par résonance magnétique

. Angiographie cérébrale

Explorer le cœur

. échographie cardiaque

. Holter




 

15_AVC_Trouble_deglutition.jpg

Les conseils pratiques essentiels en cas de troubles de la deglutition

 

Après un AVC, le malade peut faire des fausses routes, c’est-à-dire que le patients avale dans ses bronches au lieu d’avaler dans son œsophage. C’est ce que l’on appelle communément « avaler de travers ». Le patient peut ainsi infecter ses poumons ou s’étouffer. Ce document vous explique quelles sont les précautions à prendre, comment s’y prendre en cas de trouble de la déglutition.


 La sténose de carotide et la chirurgie

stenose carotide chirurgie

 


 Qu'est-ce que la fibrillation atriale ?

FA.jpg

cette arythmie cardiaque cause des attaques cerebrale car elle produit des caillots qui vont secondairement stopper la circulation sanguine dans le cerveau.)